3min

Les images médicales brisent leurs chaînes

Numérique à brac

montage.jpg
wiki Echopen.org. Tous droits réservés.

Contrôlée par des géants capitalistes, l’imagerie médicale, essentielle aux soins de santé, s’ouvre au logiciel et au matériel libres. La preuve avec Orthanc, logiciel belge primé, et echOpen, un échographe portatif qui pourrait profiter aux pays du Sud.

Dans Le Seigneur des Anneaux, Orthanc est la tour du maléfique mage Saroumane, qui y abrite le Palantir, une puissante pierre de vision. En Belgique, Orthanc c’est aussi un logiciel qui a valu à son créateur Sébastien Jodogne une sorte de prix Nobel. En 2015, la Free Software Foundation a accordé son prestigieux prix pour l’avancement du logiciel libre à ce jeune ingénieur visétois qui bidouille activement du code au CHU de Liège.

Contrairement à Saroumane et sa tour, Orthanc a une portée bénéfique pour la société. Il permet de fluidifier les échanges d’images médicales au sein d’un hôpital. Par exemple entre une machine qui traite le cancer avec des rayons et un scanneur qui va la nourrir d’images pour calibrer le traitement. Ou entre un hôpital A et un hôpital B. Mais le trajet des images est semé d’embûches. Les problèmes de compatibilité entre machines sont légion et les échanges se font souvent sur CD-Rom, parfois envoyés par la poste. Orthanc permet donc aux équipes médicales de gagner en temps et en efficacité.

Si Sébastien Jodogne a obtenu son prix, c’est parce qu’il diffuse Orthanc (près de 10 000 téléchargements, des États-Unis à la Malaisie) avec une licence libre. En gros, à l’inverse d’un copyright, cette licence permet de télécharger Orthanc gratuitement mais surtout de copier, d’étudier et de modifier le code source du logiciel selon ses besoins et de partager ces modifications. Si vous utilisez LibreOffice au lieu de Microsoft Office, le navigateur Mozilla Firefox ou le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2821 membres et 1727 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus