Les rendez-vous de la rédaction [Partie 2]

Vidéo 2 : la filière brésilienne

Capture d’écran 2020-04-23 à 11.47.11.png
None. CC BY-NC-ND.

L’équipe de la série "Mon travail, mon enfer" vous propose 4 rendez-vous vidéos qui détaillent les rouages de la fraude sociale organisée et de l’exploitation au travail en Belgique. Deux premiers secteurs d’activité ont focalisé notre attention : la construction et les titres-services.

Dans ce deuxième épisode des Rendez-vous de la rédaction de la série "Mon travail, mon enfer", nous explorons les rouages d’un système qui a déjà acheminé plus de 15 000 travailleurs exploités vers la Belgique et permet à de grands groupes de la construction belge comme CFE d’échapper au paiement des cotisations patronales.

Pour en parler, Philippe Engels, journaliste d’investigation, fondateur de Médor et responsable de la série.

Questions et conclusion : Esteban Debrulle, chargé de participation au sein de la rédaction.

Cette enquête journalistique a une double particularité : elle est participative et poursuit un objectif d’impact sociétal. Si cette présentation de la problématique vous a plu ou interpellé.e, n’hésitez pas à la partager autour de vous.

Et si vous avez des infos sur la fraude sociale organisée, si vous êtes ou avez été victime d’exploitation au travail ou que vous avez une expertise en matière de lutte contre le dumping social, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse travail@medor.coop

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3048 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus