La traite des êtres brésiliens : des « esclaves »

bresil-esclaves.png
Léo Gillet. CC BY-NC-ND.

Fait rare, une firme leader du marché de la construction est menacée d’une sanction judiciaire pour un chantier belge où il est question d’ « artistes de cirque », de « singes » et même d’esclavagisme.

Le mardi 14 août 2018, à Uccle, l’ancien « footballeur professionnel » Marcio Freire s’est fait pincer comme un débutant. Ce Brésilien né dans la banlieue de Sao Paulo en 1970 avait en mains l’objet du flagrant délit. Des billets de banque qu’il avait pris l’habitude de tirer au distributeur comme un automate. Il avait un comparse : la figurine 452 b de l’album Panini 1999-2000, l’ex-joueur de La Louvière Marcos Lucas. Ce pro du ballon s’affichant sur Internet tel un agent de joueurs s’est en fait reconverti dans la mise à disposition de main-d’œuvre illégale : des ouvriers du bâtiment, surtout.

En une bonne année, avant d’être appréhendés par la police, les deux hommes ont procédé à 589 retraits d’argent liquide. Un total de 956 900 euros destinés à des paiements au noir. En avril 2018, les anciens footballeurs avaient été repérés une première fois avec trente cartes bancaires en poche. Avant de filer à la prison de Saint-Gilles, quatre mois plus tard, le récidiviste Marcio Freire en détenait neuf autres. Il avait sur lui 3 900 euros d’argent frais.

C’est la face cachée de la nouvelle immigration brésilienne sur le sol belge – 15 000 travailleurs en situation d’irrégulière dans les secteurs de la construction et du nettoyage, comme l’indiquait le premier volet de notre enquête. Un cliché populaire qui vole en éclats. L’image du plafonneur exotique venu …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3664 membres et 1244 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus