6min

15 000 travailleurs illégaux « made in » Brésil

filiere-bresil-illu-1.png
Léo Gillet. CC BY-NC-ND.

Le Portugal a averti la Belgique, il y a plus d’un an : il est débordé par une nouvelle filière de travail à prix bradés venant du Brésil, transitant par des sociétés portugaises, destinée notamment au marché belge. Via cette filière, 15 000 Brésiliens travaillent aujourd’hui en Belgique, illégalement, parfois dans des conditions infernales. Mais les autorités belges ne bougent pas. Un silence complice ? La peur de titiller d’intouchables géants du bâtiment ?

Pour trouver du boulot vite et pas cher, à Bruxelles-Midi, il suffit de s’écarter un peu de la gare, d’éviter les bureaux de l’ONSS (l’organisme fédéral qui est censé contrôler le paiement des cotisations sociales) et de se pointer devant le café « Era Nova ». Une petite affiche en format A4 y est signée Helder Pinto, manager d’une mystérieuse société, le correspondant qualifié d’un géant brésilien de la construction tel qu’il se présente lui-même. « Du Thomas & Piron à la sauce brazil, rigole un inspecteur social, plutôt dépité. On le tient à l’œil, cet entremetteur. Enfin, c’est plutôt lui qui joue avec nos pieds, à vrai dire… » Sur le papier coloré, il y a ceci en résumé, rédigé en portugais : «  Recherche contre-maîtres et chefs d’équipe spécialisés dans le béton armé. Mobilisables de suite sur tout le territoire belge. »

1 Affiche Tesco en portugais.jpeg

Au café Era Nova : "Recherche contre-maîtres et chefs d’équipe spécialisés dans le béton armé. Mobilisables de suite sur tout le territoire belge."

D’autres intermédiaires s’affichent sur des groupes fermés qui réunissent jusqu’à 28 000 personnes sur Facebook en ciblant les Brésiliens de Charleroi, de Bruxelles ou de Belgique. Comme ci-dessous, ils vous livrent un paquet complet à 480 euros comprenant des papiers en ordre, l’autorisation présumée de pouvoir bosser sur le sol belge et même un « certificat de moralité » tout propre au cas où vous auriez été pincé/e dans une embrouille.

recrutement-bresil-illu-480-euros.jpg

Pour 480 euros, "on" peut avoir des papiers en ordre, l’autorisation présumée de …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3136 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus