L’opioïde du peuple : remplissez notre carte de la douleur

carte-opioïdes.png

Oxycontin, Durogesic, Contramal : plus d’un million de Belges consomment des opioïdes. Aidez-nous à comprendre comment ils sont prescrits, pour quels effets, et avec quelles dérives.

En 2018, vous avez été plus d’un million à prendre un médicament opioïde en Belgique. Ces substances puissantes (plus connue sous le nom d’Oxycontin, Durogesic ou Contramal) sont à éviter dans le traitement des douleurs chroniques.

Grâce à des données des Mutualités chrétiennes, Médor et Jetpack.ai ont cartographié les usages de ces médicaments qui ont mené à une véritable crise sanitaire aux États-Unis, mais qui posent également des questions en Belgique.

Vous pouvez consulter dès maintenant notre cartographie de la consommation de ces opioïdes. Vous y découvrirez que la Wallonie et le Hainaut, notamment, se détachent en termes de consommation.

Mais notre travail ne s’arrête pas là. Médor aimerait mieux comprendre votre vécu face à ces opioïdes.

Êtes-vous correctement suivi ? Ces substances sont-elles bénéfiques dans votre traitement ? Vous sentez-vous accro ?

Si vous aussi vous avez pris ce médicament, ou si vous connaissez l’expérience d’une personne traitée, ajoutez votre voix au témoignage.

Consulter la cartographie

Témoigner

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3272 membres et 1692 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus