« Mes parents n’ont pas terminé l’école. Ils ne sont pas capables de m’aider. »

extrait_pyramide.png
Amélie Carpentier. CC BY-NC-ND.

Django a trébuché sur l’algèbre. Le début d’une longue série de cascades…

Je commence les secondaires à Saint-Boniface Parnasse (une école bruxelloise réputée) en option latin. C’est une première année mitigée. Je retrouve plusieurs amis de primaire dans ma classe, mon titulaire est exceptionnel mais assez vite, je me heurte à l’algèbre. Impossible de me concentrer sur le cours de maths.

Je me heurte, en fait, à un système scolaire rigide. Je galère, je ne trouve pas de sens, je me retrouve sur les bancs de l’école avec le sentiment de perdre mon temps. La fameuse pensée « à quoi ça sert ? », passagère dans la tête de certains élèves, devient entêtante.

Mes parents n’ont pas terminé l’école. Ils me soutiennent mais ils ne sont pas capables de m’aider scolairement. Les professeurs, sans m’attaquer personnellement, me laissent m’enfoncer. Personne ne partage avec moi le goût d’apprendre. Alors, je passerai par quatre écoles, à la recherche d’une pédagogie motivante. En vain.

À Saint-Boniface, surtout en maths, nous devons apprendre des définitions par cœur et le rythme de la classe suit celui des meilleurs. Je me sens prisonnier d’une discipline qui s’étend à quasi toutes les matières… Au bout de deux années difficiles, je décide de changer d’école.

Je trouve une place à l’Institut Saint Jean-Baptiste de La Salle à Saint-Gilles. Je la considère comme mon école « roue de secours », en attendant que je m’inscrive dans un institut avec une option théâtre. La discipline de mon ancienne école laisse place à des rapports conflictuels entre professeurs et élèves. L’année suivante, je m’inscris à Ma Campagne en …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3457 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus