La course au remboursement

[Episode 2/3] : Tu n’as pas 86 de QI ? Paie ta logopédie.

logopedie2.jpg
Amélie Carpentier.

Dans cet épisode, nous sommes en 2018, Salia est en troisième maternelle et se retrouve chez la neuropsychologue, à passer un test de QI dont le résultat pourrait changer la donne. Si son QI est suffisamment élevé, ses séances de logopédie pourraient être remboursées…

Salia reçoit une poignée de pièces de puzzle. Elle doit reconstruire le dessin de montgolfière. Elle prend son temps pour positionner chaque pièce, c’est le premier exercice du test de quotient intellectuel.

Salia travaille mieux sans ses parents à côté, sinon elle est trop occupée à attirer leur attention. Rida attend donc dans la pièce mitoyenne. Quelques signes d’anxiété brouillent son tempérament calme. Rida et Cynthia sont convaincus, comme Caroline, que leur fille a un bon potentiel, mais de là à penser qu’elle peut atteindre 86… Un QI compris entre 85 et 115 signifie que l’enfant a un développement "normal" de ses capacités cognitives.

Son vocabulaire, sa mémoire, sa logique et sa rapidité sont évalués. Une heure et une dizaine d’exercices plus tard, la neuropsychologue annonce aux parents que le test s’est bien déroulé. Elle aurait même pu mieux faire si la fatigue ne l’avait pas rattrapée à la fin du test. Le lendemain, les parents reçoivent un e-mail affichant le résultat : le QI de Salia s’élève à 87.

La barre des 86

Cynthia fond en larmes. L’instant est chargé d’émotions : étonnement, soulagement, fierté. Beaucoup de fierté. Cynthia a arrêté de travailler à la naissance de Salia. Elle interprète ce résultat comme une récompense pour le travail fourni à la maison. Ils ont dû réduire leur rythme de vie, se priver de sorties et de loisirs pour assurer le développement de leur fille. « On se dit que ce n’était quand même pas pour rien. C’est une grande …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3158 membres et 1346 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus