Salia en enseignement spécialisé

[Episode 3/3] : Tu n’as pas 86 de QI ? Paie ta logopédie.

logopedie3.jpg
Amélie Carpentier.

En novembre 2019, le père de Salia tombe malade. Fini les heures supplémentaires et les boulots en extra. A l’école, Salia ne suit plus le rythme et ne s’attache pas à son institutrice. Peut-être faut-il finalement se tourner vers l’enseignement spécialisé ?

Rida, cernes creux sous les yeux, dépose Salia à ses séances de logopédie. Les primaires demandent plus de travail de la part de l’enfant et d’efforts de la part des parents. Ils discutent avec la logopède. Salia est-elle capable de réussir sa première primaire ? Peut-être, si les conditions étaient réunies… Mais son institutrice ne montre ni intérêt pour sa condition ni motivation pour lui donner plus d’attention.

A l’école, Salia ne fait plus de crise de nerfs. Elle est sage et prend sur elle. Elle en perd l’appétit, elle rentre sa boîte à tartine pleine et personne ne le remarque. Quand Rida vient la chercher après l’école, elle pleure aussitôt dans la voiture. Parfois, il a besoin d’une bonne heure pour la calmer et essayer de la comprendre. Parfois, elle a juste faim. Ils ont l’impression de la déposer à la garderie, ils n’ont pas de dialogue avec le corps enseignant qui applique une pédagogie élitiste à laquelle Salia ne peut pas et ne pourra jamais répondre. Pour les parents, le but était double : “qu’elle aille au-delà de ses capacités et qu’elle développe des relations avec les autres élèves sans handicap”.

S’il est certain qu’elle doit changer d’école, ils tergiversent concernant le type d’enseignement : ordinaire ou spécialisé ? Les écoles inclusives, c’est le projet que Cynthia a toujours valorisé. Ils en ont visité deux, à Floreffe et Banneux, mais « nous avons eu cette sensation de classe d’enfants handicapés et isolés. » Malgré cet aperçu, ils …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3158 membres et 1346 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus