Élèves confinés : tu la vois l’inégalité ?

extrait_pyramide3.png
Amélie Carpentier. CC BY-NC-ND.

Avec le confinement, c’est le retour de l’école à la maison. Et donc le retour d’un des systèmes les plus inégalitaires qui soit. Certains enfants sont hyper-équipés et très entourés. Et d’autres pas. Aidez-nous à mieux cerner cette réalité.

D’un côté, il y a les parents parfaits, qui organisent pour leurs enfants des visites de musées virtuelles, téléchargent des films d’auteurs (ils ont vu la liste sur Facebook) et, entre deux cours (chacun sa tablette), se lancent dans un atelier de marionnettes wayang. Le suivi scolaire ? Ils ont l’habitude. À chaque élocution, ils sont en ébullition. Leur diplôme de math ou de germa’leur sert bien aussi pour préparer les examens du petit. 

Et puis, il y a les autres. Ceux qui ont des sueurs froides à chaque message de l’école. Comment leurs enfants pourront-ils apprendre à distance s’ils n’ont pas le minimum d’équipement informatique et un lieu calme pour travailler ? Quel préjudice auront ceux dont les parents ne sont pas là, n’ont pas le temps ou n’ont pas les connaissances nécessaires pour faire réviser une leçon de trigonométrie ou expliquer le report du verbe en néerlandais ? Et ceux dont les enfants ont des besoins particuliers, comment gèrent-ils la double peine qui s’abat sur leur foyer ?

L’origine socio-économique des élèves est une source d’inégalités scolaires, en tous temps. Maintenant que nous sommes chacun chez nous, c’est encore plus criant. Merci à tous les parents qui accepteront de répondre à ce questionnaire, quelle que soit leur situation. Les profs et direction peuvent aussi participer ou témoigner directement via le formulaire en bas de page ("Vous avez une question sur cet article ? Une idée pour aller plus loin ?).

(Ce questionnaire a été modifié le 28 mars 2020 pour qu’il soit plus …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2825 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus