3min

[Épisode 2] : Irène et les vieux boucs

entretien- belge-sociologue
Axel Korban. CC BY-SA.

12 septembre 2019. Le dernier Médor est enfin sorti. La correctrice de ce numéro nous envoie, à 22h35, un message intitulé « la cata du soir ». Gloups. « Vous avez vu le post d’Irène Kaufer Briefel ? ». Re-gloups.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Irène Kaufer entretient avec le machisme le même rapport que les végétaliens avec le pâté en croûte, Greta Thunberg avec les SUV ou (pour ceux qui ont suivi notre épisode 1) notre ami Sébastian avec les magazines coopératifs indépendants de bobos (et féministes en plus) : une aversion si puissante qu’elle ne peut s’empêcher de réagir au quart de tour.

Irène repère une blague sexiste dans une chronique à la radio ? Paf, un post Facebook. Une femme traitée autrement qu’un homme au JT ? Pif, 52 lignes dans les dents. Elle publie plus vite que son ombre et ne laisse rien passer. Et surtout, dans les cercles féministes 2.0, tout le monde la connaît. Mieux : son avis compte.

Ce 12 septembre, donc, voilà ce que nous découvrons sur son mur Facebook : « J’ai lu pour vous… le dernier Médor. » Ou plus précisément, notre enquête sur le sexisme et le journalisme. Glaglagla…

Alors, Irène ? T’en as pensé quoi ? Ah ben, en fait, elle a plutôt bien aimé. Elle juge l’article « intéressant quand même ». Merci Irène, on le prend comme des fleurs. Pffffiou.

Mais juste après – c’était trop beau – elle passe …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus