1min

Mon média, ce macho

3_kiddies_bord-perdu.jpg

Médor lance un « mur de témoignages », ouvert à toutes les journalistes ou collaboratrices de médias belges qui ont été victimes de sexisme de la part de leur(s) collègue(s). Témoignez. Pour que ça n’arrive plus.

Suite à notre article sur le sexisme et le journalisme, nous lançons un appel à toutes les journalistes ou collaboratrices d’une rédaction belge qui ont été victimes de sexisme (de la simple réflexion graveleuse jusqu’au harcèlement) de la part de leur(s) collègue(s).

Partagez votre expérience avec nous (votre anonymat sera garanti) sur notre mur de témoignages. Pour faire bouger les choses.

Car la Belgique détient un record européen : Chez nous, 65 % des journalistes sont des hommes. Pourtant, à la sortie des écoles de journalisme, il y a plus d’étudiantes que d’étudiants.

L’une des raisons évoquées pour expliquer cette fuite des cerveaux féminins ? Le sexisme dans les rédactions… Il y aurait de quoi faire quelques sujets à la Une ou en prime time.

Concrètement, voilà ce qu’il faut faire :

  • Rendez-vous sur notre mur de témoignages et cliquez sur « je témoigne » ;
  • Ecrivez votre témoignage, entre 500 signes et 2500 signes ;
  • Précisez – quand cela est possible – si les faits remontent à moins de 5 ans, moins de 10 ans, ou plus de 10 ans ;
  • Ne nommez pas vos agresseurs ;
  • Cochez (les filtres peuvent s’additionner) la situation dans laquelle vous vous trouviez au moment des faits : précaire (stagiaire, pigiste) / plus de 50 ans / issue d’une minorité visible ;
  • Vous pouvez choisir de rendre publique votre identité ou opter pour un pseudonyme. Nous garantissons la confidentialité des échanges et le respect de votre anonymat.
  • Envoyez ! Votre témoignage ne sera pas …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus