« Qu’il y ait tant d’accidents du travail doit nous alerter »

Interview de la sociologue Véronique Daubas-Letourneux. Episode 7/7

3
Mariavittoria Campodonico. CC BY-NC-ND.

« Un accident du travail n’est pas un fait divers mais un fait social. » La Française Véronique Daubas-Letourneux, l’une des meilleures spécialistes des accidents du travail, le martèle : pour agir sur les accidents du travail, il faut arrêter de les considérer comme causés par celui ou celle qui en est la victime.

« Les accidents du travail sont dus au travail. » Une phrase d’apparence simple, déposée page 171 du livre «  Accidents du travail, des morts et des blessés invisibles », de la sociologue Véronique Daubas-Letourneux. Une phrase simple qui, pourtant, redéfinit le cadre du sujet : on ne peut pas comprendre les accidents du travail en dehors du contexte dans lequel ils se produisent.

Généralement perçus comme des « erreurs humaines » ou des fatalités sur lesquelles on ne peut agir, les causes des accidents du travail sont en réalité tout autres : le contexte, les choix d’organisation du travail et le manque de prévention.

Pour nous inviter à déplacer notre compréhension du phénomène, Véronique Daubas-Letourneux donne la parole à ceux qui n’ont, depuis bien longtemps, plus voix au chapitre : les victimes. En rassemblant leurs récits, elle dresse un tableau implacable : les accidents du travail sont tout sauf des événements isolés et individuels.

« Un accident du travail n’est pas un fait divers, mais un fait social. » Cette phrase est l’une des premières de votre livre. Pourquoi était-il essentiel de le rappeler ?

Aujourd’hui, les accidents du travail sont traités comme un fait divers dans la presse quotidienne. Ou alors, on analyse les pertes et les chiffres lorsque les statistiques annuelles tombent. On n’interroge pas la connotation sociale des accidents du travail, ni le fait qu’ils sont très inégalement répartis. Une fois ce constat fait, deux questions se posent naturellement. Quel est le travail qui se cache derrière ces accidents ? Pourquoi ces accidents …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3511 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus