La course

Episode 2/3

pays-labo-ep2-web.jpg

Cellules nerveuses dans le bulbe olfactif d’un chien (détail), extrait de Sulla fina anatomia degli organi centrali del sistema nervoso, Camillo Golgi’s, 1885.

Sous Maggie De Block, la Belgique ambitionnait d’être la « vallée de l’essai clinique ». Pour y parvenir, elle valide rapidement les demandes d’essais. En 2020, coronavirus oblige, le pays a encore accéléré la cadence. Il faut aller plus vite. Trop vite ? Le tout dans un système « faussé depuis des décennies ».

« La Belgique veut devenir une « clinical trial valley » » (la vallée des essais cliniques).

C’est Diane Kleinermans qui l’affirme en 2018, lors d’un colloque de la fédération des entreprises pharmaceutiques, Pharma.be. Cette conseillère du cabinet de Maggie De Block, ex-responsable des essais cliniques Pfizer, sait de quoi elle parle. Elle vient de terminer en 2017 un vaste chantier législatif : la transposition en droit national d’un règlement européen sur les essais cliniques.

Ce dernier harmonise les procédures et délais entre Etats. Il propose aussi un seul point contact aux sponsors d’essais cliniques.

Prévu pour 2016, ce règlement européen a pris du retard et sera applicable au plus tôt en décembre 2021. Mais la Belgique l’a donc déjà transposé.

Pourquoi un tel engouement ? Parce que notre pays est sur le podium des essais cliniques européen et « que le précédent gouvernement a voulu que la Belgique conserve son leadership en la matière » souligne Greet Musch de l’Agence belge du Médicament (AFMPS).

Conséquence, en 2021, c’est l’embarras du choix pour un essai mené en Belgique (mono-national) : le pays permet que les demandeurs d’essais cliniques empruntent à leur convenance l’ancienne procédure (la « belge ») ou la nouvelle (« l’européenne »)

Double procédure

Mais qu’apporte la nouvelle procédure européenne ? De la simplification et de l’indépendance assurent les législateurs européens.

Dans le cadre d’un essai multi-centrique (qui se déroulent dans plusieurs hôpitaux), le sponsor de l’essai n’a plus comme point contact qu’un seul comité éthique – un aréopage rassemblant par hôpital des médecins, spécialistes, infirmiers, juristes, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3415 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus