Comment réagit la Justice (pour maintenir l’illusion) ?

Episode 3/3

Ces cinq dernières années, la Justice belge semble avoir baissé encore son niveau d’exigence en matière de criminalité organisée. La transaction pénale devient la norme. Stéphane Moreau en joue à intervalles réguliers. À terme, il pourra indiquer que sa culpabilité n’a jamais pu être établie dans les 40 dossiers liégeois qui mobilisent des dizaines d’enquêteurs et des moyens importants.

Quand, il y a vingt-cinq ans déjà, la justice belge a osé mettre en cause la direction des deux partis socialistes, le secrétaire général de l’Otan et une série de hauts fonctionnaires, en jetant les bases du retentissant procès de corruption Agusta/Dassault, les journaux de l’époque se sont remplis d’analyses relatives au « choc des pouvoirs ». Le pouvoir judiciaire osait défier l’exécutif. De hauts magistrats comme la présidente de la Cour de cassation, Éliane Liekendael, première femme à accéder au sommet de la pyramide, ont été critiqués pour leur « attitude revancharde ».

À l’époque, les partis politiques nommaient encore les juges et les top managers censés faire tourner les tribunaux. Les gouvernements privaient l’institution judiciaire de moyens financiers et humains. Déjà ! Dès lors, la Justice aurait fait la leçon au monde politique en condamnant quelques dirigeants au sommet de leur carrière. Une femme matant un homme, encore bien. Eliane Liekendael avait sanctionné le socialiste Guy Spitaels. « Dieu », comme le représentaient les caricaturistes de presse.

Découragés

L’image est complètement dépassée. Censé drainer vers lui les gros dossiers judiciaires, le parquet fédéral manque d’envergure et d’autorité, aux yeux de nombreux spécialistes. Découragés de ne pouvoir mener à terme, dans des délais raisonnables, les grandes affaires politico-financières, les maillons essentiels de la lutte contre la criminalité en col blanc – juges d’instruction en tandem avec des chefs d’équipes de policiers spécialisés, procureurs généraux et présidents de tribunaux – réagissent comme ils le peuvent :

  1. En baissant les bras. Des lieux judiciaires comme la 20ème …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3379 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus