3min

Profession : démineur

« La Belgique a été la poubelle de l’Europe. Toutes les armées lui sont passées dessus. »

bouclier.png
Frédéric Rébéna. CC BY-NC-ND.

Cheveux rasés et plaques d’identité US sur le t-shirt, Réal a toujours rêvé de s’engager chez les paracommandos. Mais « Madame n’a pas voulu. Trop dangereux ». Il devient alors… démineur ! Une carrière sans accroc, jusqu’à l’explosion.

Réal a été démineur pendant 27 ans. À ma question « Y avait-il assez de travail pour un démineur en Belgique pendant trois décennies ? », Réal éclate de rire : « 200 tonnes de munitions sont encore retrouvées chaque année en Belgique ! Bien sûr qu’il y avait assez de boulot. » Réal est rattaché au Service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs (SEDEE) de la Défense. L’ancêtre de cet organisme a été créé au lendemain de la Grande Guerre, en 1920, pour détruire les munitions conventionnelles et chimiques, tel que le gaz moutarde, dans le Westhoek. À l’époque, on pense que le déminage va durer quelques mois. Cent ans après sa création, le SEDEE reçoit encore plus de dix appels par jour — principalement pour des munitions datant des deux guerres, retrouvées sur des terrains agricoles flamands, le long de l’ancienne ligne de front. Plus de 180 démineurs sont encore actifs. Au quotidien. Après la Seconde Guerre mondiale, les missions se sont étendues à l’intégralité du territoire belge. Avec les attentats des années 1970, le service débute des opérations antiterroristes comme la neutralisation de colis suspects.

Réal habite à Comines. Pas loin de chez lui a eu lieu l’une des plus grandes explosions de la Première Guerre mondiale. C’était le 7 juin 1917. Les Britanniques mettent à feu dix-neuf mines lourdes placées sous les tranchées allemandes, près de Messines (en Flandre occidentale), provoquant un important tremblement de terre. L’explosion …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3079 membres et 1700 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus