11min

Reynders, Fontinoy & cie, les liens du clan

Episode 5/…

VOLET5.jpg
Pauline Rivière. CC BY-NC-ND.

Les services de renseignements et leur comité de contrôle ont dysfonctionné en 2015. C’est ce qu’affirment deux anciens du comité R (l’organe de contrôle en question). À l’époque, le Kazakhgate devenait une réelle préoccupation pour le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders et son proche conseiller Jean-Claude Fontinoy parcourait le monde pour des investissements risqués à la SNCB. Or, en août 2015, un émissaire du ministre Reynders fut parachuté à la Sûreté de l’Etat. Pour bloquer des flux d’informations ?

Dans une plainte déposée au Parquet fédéral, le 30 septembre dernier, l’ex-agent de la Sûreté de l’Etat Nicolas Ullens, défendu par l’avocat bruxellois Alexis Deswaef, a dénoncé le harcèlement et les menaces de mort qu’il aurait subis pour s’être, selon lui, intéressé d’un peu trop près au tandem Reynders/Fontinoy, « dont les noms revenaient dans plusieurs dossiers de corruption et de blanchiment ». Il estime avoir été empêché de faire son travail à la Sûreté, à partir de 2015, et affirme que le Comité R, organe censé contrôler les activités des services de renseignements, l’a menacé s’il persévérait. L’agent Nicolas Ullens explique qu’il rassemblait des informations compromettantes sur le ministre Didier Reynders et son conseiller Jean-Claude Fontinoy, par ailleurs président de la SNCB. Une de ses sources était un… membre du cabinet Reynders.

Médor a recueilli deux témoignages qui confortent la version de Nicolas Ullens, quant aux freins mis aux enquêtes. Ces témoins occupent encore des fonctions en vue dans l’appareil d’Etat. Ils ont demandé l’anonymat. À l’époque des faits, ils exerçaient des responsabilités au sein du Comité R.

Témoin 1. « J’étais membre du Comité R, en 2015, quand il y a eu de grosses difficultés internes. Pas seulement à la Sûreté de l’Etat, mais aussi chez nous. Nous ne pouvions pas critiquer la Sûreté, ni intervenir sur de réels dysfonctionnements. Je peux confirmer ce qui a été dit par l’ex-agent de la Sûreté Nicolas …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3442 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus