11min

FN : plongée chez les Ricains dingues de flingues

Le Shot Show : ce nom ne vous dit rien, mais pour les amateurs d’armes américains, c’est un peu l’équivalent du pèlerinage à la Mecque. La plus grande foire dédiée aux armes civiles attire chaque année à Las Vegas plus de 50 000 personnes. Armuriers, tenanciers de centres de tir, employés des fabricants d’armes… les guests doivent prouver un lien avec l’industrie. Seuls les journalistes spécialisés sont autorisés. Notre journaliste s’est faufilé à l’intérieur. Lisez son récit décalé.

Cet article est publié en marge de l’enquête de Médor sur FN America, la filiale américaine de la FN Herstal.

Un type pointe un fusil dans ma direction, l’œil dans le viseur. J’ai une seconde de recul, et mon cœur manque un battement. Ça fait bizarre la première fois. Mais on finit par s’habituer : dans les travées du Shot Show, le plus grand salon civil d’armement aux États-Unis, ils sont des milliers à titiller la gâchette des derniers modèles de flingues. Je pensais pourtant que la règle numéro un voulait qu’on considère TOUJOURS une arme comme étant chargée et que JAMAIS on ne la pointe vers quelqu’un. Est-ce vraiment un hasard si justement ce matin Alec Baldwin a été inculpé pour l’homicide involontaire de deux personnes sur le film qu’il tournait ? Il leur avait tiré dessus par inadvertance, sans penser que l’arme était chargée.

Ici à Las Vegas, aucun coup de feu ne vient troubler le brouhaha de foire commerciale, et j’avance sereinement dans les allées sans plus me troubler de croiser des dizaines de lignes de tir imaginaires. Mes pieds s’enfoncent dans l’épaisse moquette à motifs Renaissance du Venetian Expo. Le Shot Show occupe tout ce centre de conférence au style vénitien, ainsi qu’un autre voisin, version antiquité romaine, le Caesars forum. « L’espace d’exposition total dans ces deux sites est de plus de 75 000 mètres carrés, ou suffisamment d’espace pour garer 547 avions de chasse F-16 », assure la NSSF, la fédération d’entreprises d’armement qui organise …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3576 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus