16min

À l’Ouest d’Herstal

Le business ambigu des armes wallonnes aux États-Unis

rush-double
Jules Rousselet Paul Peyrolle. Tous droits réservés.

La FN Herstal, fleuron belge de la défense, tout le monde connaît. Elle fournit des armées dans le monde entier avec des armes légères à la qualité réputée. On connaît moins sa filiale américaine, FN America. Sa spécialité : mettre des modèles d’inspiration militaire sur le marché civil américain. Mais jusqu’où une société publique wallonne peut-elle aller, au nom de l’argent, dans un pays agité par le débat sur les armes et où les tueries font des centaines de morts chaque année ?

Las Vegas, fin janvier 2023. Une armée de badauds afflue le long des interminables couloirs du Venetian Expo, un centre de conférences qui ne lésine pas sur les moyens pour se donner des airs de Venise. Les gros bras tatoués, barbes de trappeurs et treillis de chasse détonnent un peu sous les lustres baroques, mais, à Vegas, on n’est pas à une juxtaposition hasardeuse près.

Pas moins de 52 000 personnes se rendent cette année au Shot Show, la principale foire de l’armement aux États-Unis, organisée tous les ans par la fédération des entreprises du secteur, la NationalShoot­ing Sports Foundation (NSSF).

Dans la masse, on distingue une minorité de femmes, quelques chemises hawaïennes – nouveau look de l’ultradroite US –, et surtout beaucoup d’anonymes avides de découvrir les dernières tendances du marché. L’entrée est en principe réservée aux professionnels du secteur, mais Médor a réussi à se faufiler parmi ces amateurs de sensations fortes.

Le stand de FN America rivalise avec ceux des grands fabricants, comme Smith&Wesson. La filiale de la FN Herstal y expose quelques-uns des modèles qu’elle vend à l’armée américaine, dont elle est un important fournisseur. Elle s’est aussi imposée comme une marque de référence haut de gamme sur le marché civil. Celui-ci est sans équivalent dans le monde : on estime qu’à peu près 40 % des ménages américains possèdent une arme à feu. Le business brasse environ 20 milliards de dollars par an.

Au Shot Show, les clients potentiels de FN America soupèsent d’un air avisé les derniers …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3404 abonnés et 1862 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus