2min

L’argent public du clic

Facebook et propagande politique

image866.png
Camille Potte. CC BY-SA.

Toujours plus d’argent, pour plus de likes et plus de propagande. Les réseaux sociaux ont complètement bouleversé le jeu de la communication politique. En Belgique, les partis fourbissent leurs armes numériques en vue des élections de 2024. Et notre petit pays ne fait pas dans la demi-mesure.

10 avril 2018. Mark Zuckerberg, blanc comme un fantôme, yeux rougis, se fait cuisiner au Sénat américain. Facebook est dans l’œil du cyclone, pointé du doigt pour favoriser aux États-Unis la radicalisation de l’opinion publique, via ses publicités politiques et ses algorithmes favorisant le clivage et l’extrémisme.

Le sénateur Orrin Hatch pose la question à un milliard : « Comment parvenez-vous à maintenir un business model pour lequel les utilisateurs n’ont pas à payer ? » Zuckerberg le regarde comme si le sénateur posait une question absolument stupide. « Sénateur, nous diffusons des publicités. » Avant de décocher un sourire cynique.

zuckerberg-senat-americain-pub-sourire.png
Sénateur Hatch : Comment vous financez-vous si vous êtes gratuits ? Mark Zuckerberg : Sénateur, nous diffusons des pubs.
NBC News. Tous droits réservés

En Belgique, Facebook a trouvé un client de choix : les partis politiques. Ceux-ci ont un avantage. Contrairement à une entreprise normale, leur "chiffre d’affaires" provient directement de la dotation publique, donc de l’argent du contribuable, qu’ils reçoivent chaque année.

En 2021, les partis belges ont dépensés 4 millions d’euros en publicités payantes sur Facebook. Trois pages de parti (le Vlaams Belang, la N-VA et le PVDA, l’aile flamande du parti unitaire PTB/PVDA) figurent dans le top 5 européen des partis qui dépensent le plus en publicités politiques payantes sur Facebook. Vlaams Belang et N-VA devance de loin, d’ailleurs, la puissante CDU d’Angela Merkel et un parti écologiste allemand, actifs, eux, sur un territoire de 90 millions d’habitants.

Pour aboutir à ces chiffres, Médor et le collectif Adlens, ont …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2739 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus