7min

Portrait du tout-à-la-voiture

Ou comment sortir de l’ornière, à Lasne comme ailleurs en Wallonie ?

voiture3-1.jpg

Elles sont partout. Il faut vivre avec. Notre enquête ne permet pas d’isoler une piste réellement efficace, testée par les autorités publiques de Lasne, afin de réduire l’emprise des voitures.

Colin Delfosse. CC BY-NC-ND.

Avec presque autant de quatre roues que d’habitants en âge de conduire, Lasne est l’une des communes wallonnes les plus dépendantes à la voiture. Pendant une semaine, Médor a démonté le capot pièce après pièce pour trouver la panne de la mobilité douce.

Pièce n°1 : l’aide au stationnement

Grâce au radar de recul, doublé d’une éventuelle caméra, cet équipement avertit l’automobiliste des obstacles qui pourraient entraver ses manœuvres. En version haut de gamme, un ordinateur de bord prend le contrôle du véhicule pour réaliser de gracieux créneaux. Mais à Lasne, c’est plutôt les piétons qui auraient besoin d’assistance pour circuler…

Il suffit de faire deux pas pour se rendre compte de la place, physique comme symbolique, qu’occupe la bagnole à Lasne. Comme dans de nombreux villages en Belgique, son cœur est transpercé par une route qui, depuis le boom de l’automobile, engouffre la plus grande partie de l’espace public. Et comme dans de nombreux centres, une petite polémique divise commerçants et partisans d’une mobilité plus douce.

D’un côté de la rue de l’Église, l’artère commerçante de Lasne-centre, deux maisons de briques blanches empiètent sur un bout de trottoir réduit comme une peau de chagrin. La première, une ruine, a été rachetée par la commune. La seconde est occupée par le garage Suzuki sur lequel la ville lorgne en vain. Pour élargir le trottoir et refaire une place aux piétons, obligés de redoubler de prudence à cet endroit, les autorités voudraient détruire les deux bâtisses pour les reconstruire plus en retrait.

Mais, dans le fond, ne serait-ce pas plus rapide et plus simple de supprimer les emplacements de parking situés… juste en face ? Les places, ce n’est pas ce qui manque : …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3417 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus