Chapitre 3 : Zablière sous menace d’expulsion

2019_11_27_ZAD_10_72dpi.jpg
Katherine Longly. CC BY-NC-ND.

Les zadistes craignent d'être expulés ce vendredi matin... Ils préparent la résistance, tandis que des policiers ont procédé à une interpellation. La Ville a interdit les manifestations et le stationnement dans différents quartiers.

La tension est élevée depuis plusieurs jours sur et autour de la « Zablière » de Schoppach. Les zadistes sont persuadés d’être expulsés ce vendredi matin, 29 novembre, jour où la « Marche pour la lutte des territoire » devait avoir lieu. Les militants ont annoncé qu’ils annulaient cette manifestation mais la Ville déclare ne pas avoir reçu de communiqué officiel. Pourtant, l’information a largement circulé sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Le Bourgmestre a néanmoins pris des mesures d’interdiction de manifester et de stationner dans différents quartiers d’Arlon.

Ce jeudi, en début d’après-midi, des policiers ont été déployés à l’entrée du site de l’ancienne sablière. Une personne a été interpelée.

"Nous avons eu des contacts avec les zadistes pour organiser leur marche mais ils ne nous ont envoyé aucun mail pour dire qu'ils l'annulaient, explique le maïeur. Les policiers sont donc là pour encadrer cette manifestation si elle a lieu. Aucune expulsion n'est prévue à ce stade".

L’intercommunale Idelux, propriétaire du site sur lequel elle envisage l’aménagement d’un zoning artisanal, affirme n’avoir commandité aucune expulsion. Et le bourgmestre, qui pourrait prendre une telle mesure si l'ordre public était menacé, déclare qu'il n'en est rien.

De leur côté, les zadistes appellent malgré tout à la résistance via les réseaux sociaux. « Prenez des provisions et de bons vêtements pour être autonomes. Nous encourageons la diversité des tactiques, que la résistance soit joyeuse et déterminée ! », indique leur page Facebook.

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2603 membres et 1134 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus