16min

Audi à tout prix

Les coulisses d’un deal… à l’arrière des berlines

audi-forest-usine

Pour produire son nouveau modèle électrique, Audi-Brussels a bénéficié de 148 millions d’euros d’avantages du gouvernement fédéral et des Régions, le prix à payer pour préserver les 2 700 emplois directs que compte l’usine. Cette « success-story » en dit long sur le rapport de forces entre les pouvoirs publics et la multinationale. Avec, au final, un constructeur automobile qui tire son épingle du jeu.

La fête promettait d’être belle pour Bruxelles et la Belgique. Une occasion unique de se positionner sur la carte mondiale de l’électro-mobilité. Mais le lancement en grande pom­pe du premier modèle 100 % électrique de la marque aux quatre anneaux produit à Forest n’aura pas lieu à Bruxelles. Initialement planifié dans la capitale pour la fin du mois d’août, l’événement sera finalement organisé le 17 septembre 2018 à San Francisco, devant un parterre de 600 journalistes venus du monde entier. À Bruxelles, on l’a « mauvaise » même si on préfère ne pas s’étendre sur le sujet. « J’ai découvert ça en lisant la presse, lâche un conseiller un brin amer. C’est moche quand on voit tout ce qui a été fait ! »

Officiellement, la marque a préféré viser le marché américain. Mais en coulisse, il se murmure qu’Audi aurait revu sa stratégie de lancement en Europe après l’incarcération du désormais ex-grand patron d’Audi, Rupert Stadler, dans le cadre du « dieselgate ». Ironie du sort, c’est justement après les premières révélations du scandale des moteurs diesels truqués en septembre 2015 que le constructeur a mis un coup d’accélérateur à sa gamme électrique. Précisément au moment où l’usine de Forest se profilait pour la production des nouveaux modèles électriques de la marque.

« La Belgique est sexy »

Un pari gagnant pour Audi-Brussels et son management puisque la marque confirme le 20 janvier 2016 que c’est l’usine bruxelloise qui a été choisie pour produire le nouveau SUV 100 …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus