8min

Ô Limbourg, Ô ma patrie

(Tous ensemble !)

100501_Evermausprocessie_Rutten_045

Procession catholique de Saint-Evermarus à Rutten, près de Tongres.

Nick Hannes. Tous droits réservés.

Le Limbourg a connu deux miracles. L’exploitation du charbon combinée à la production massive de Ford, à Genk. Puis l’étonnante résilience collective quand tout a fermé. Aujourd’hui, il faudrait un troisième miracle : un ralentissement de la montée de l’extrême droite.

Une plaque de rue et, derrière, sous un ciel dégagé comme la plaine qui s’ouvre à l’horizon, des éoliennes et des pylônes électriques. C’est la « Mondeolaan », l’avenue Mondeo, du nom d’un modèle de voiture qui n’est plus construit ici depuis bientôt dix ans. Ce type de plaque est la seule trace visible de l’omniprésence d’un constructeur américain – Ford – qui a emballé le Limbourg pendant un demi-siècle. Puis, d’un coup, Valence a battu Genk dans la course à la compétitivité. Près de 6 000 emplois, en comptant les jobs dérivés, sont partis à la trappe.

« Mon père a travaillé huit ans dans les mines et il a fini sa carrière chez Ford Genk, raconte Liliana Casagrande, journaliste au Belang van Limburg, présent à chaque conseil communal dans toute la province. Quand les usines ont fermé définitivement, le 18 décembre 2014, il y avait dans cette plaine une atmosphère de déprime et d’angoisse. »

Les Limbourgeois et les Limbourgeoises parlent lentement, leur phrasé chantonne et on s’en moque souvent à Anvers. Mais ils sont courageux. « Non, en Flandre occidentale, ils sont courageux, corrige Liliana Casagrande. Nous, nous sommes “veerkrachtig”, résilients. » Comme pour les charbonnages, les stigmates du passé automobile ont assez vite été retirés du paysage. Aujourd’hui, à l’entrée du site colonisé par Ford, ils ont déposé une carte de visite de dix mètres sur cinq : « Logistics Valley Flanders ».

170430_Bocholt_Sevensmolen_044
Le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3537 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus