9min

Sortir des hôpitaux. Et après ?

Santé mentale : une réforme dans l’impasse

La réforme dite « 107 » en soins de santé veut sortir les malades mentaux des hôpitaux. Finies les hospitalisations interminables, le patient sera soigné dans son environnement direct. Pour y parvenir, des unités volantes de soins sont mises sur pied. Pour les financer, des lits sont fermés dans les unités psychiatriques. Et à Bruxelles, le tout est un échec.

Les lumières sont éteintes au onzième étage de l’hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles. Plus de secrétariat, plus de voix dans le couloir, plus de clés d’enfermement pour les malades en isolation. Pourtant, le docteur Charles-Antoine Sibille n’arrête pas de travailler. Il fait des allers-retours avec les urgences lorsqu’un cas psychiatrique grave se présente, assure la liaison avec la nouvelle équipe mobile, prépare l’action sur le terrain à déclencher le plus rapidement possible. Le 1er octobre 2023, les trente lits de l’unité psychiatrique ont été « gelés », selon la réforme 107, dont l’objectif est de sortir les malades mentaux des hôpitaux et de les soigner dans leur communauté.

À Saint-Pierre, pour remplacer l’unité, une équipe mobile de 11 personnes vient d’être créée : psychologues, criminologues, médiateur culturel, éducateurs, assistants sociaux, anthropologues et sociologues, aides-soignants, psychiatres. Tous unis dans un travail d’équipe pour démêler les multiples problèmes des patients. « Quand les urgences nous appellent, c’est qu’il y a une crise. Nous rencontrons la personne dans les 24 heures, nous essayons d’éviter l’hospitalisation. Souvent la cause d’un problème psychologique est à retrouver dans sa situation sociale et, à Bruxelles, la précarité, la pauvreté contribuent aux traumatismes psychiatriques. Nous essayons de tout gérer », poursuit Charles-Antoine Sibille.

La fin « d’une expérience violente » ?

Il y a quelques mois, Charles-Antoine Sibille a lancé à tous les internes de l’hôpital un appel à candidatures pour travailler dans cette nouvelle équipe …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3444 abonnés et 1875 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus