5min

Plaisir de grossir

Des SUV plein la vue

Les pubs pour voitures vantent des véhicules de plus en plus larges. Sans raconter l’envers du gros capot. Trois Liégeois veulent rectifier le tir à l’occasion d’un procès que leur intente l’État belge.

SUV
Que scay-je ?. CC BY-NC-ND

11 janvier 2024, 13 h 02, dans le hall de la gare Centrale de Bruxelles. En ce jeudi glacé, s’il ne fait pas la file pour un club débordant de mayonnaise ou 40 centilitres d’« americano » avec son prénom sur un gobelet brûlant, l’usager du rail peut se soumettre à un tabassage visuel en bonne et due forme. Autour de lui, une quarantaine de panneaux Clear Channel lui rappellent qu’il pourrait quand même faire autre chose que s’user l’épine dorsale sur les banquettes des wagons de la SNCB. Comme quoi ? Comme « choisir [son] plaisir de conduire » et s’acheter une bonne BMW iX1, flamboyant « SUV compact électrique » de la prestigieuse marque bavaroise. Prix de base : 49 950 €, soit l’équivalent de 14 fois le salaire mensuel médian belge, et de près de 10 ans d’abonnements sur tous les réseaux bus et trains belges.

Gares, bords de route, télévision, réseaux sociaux, espace public tous azimuts : janvier est le mois du va-tout pour l’industrie automobile. Il n’y a pas eu le sacro-saint Salon de l’auto au Heysel (mais bien un « auto show », avec des défilés de « super- et d’hyper-voitures »), mais, en 2024, les conditions Salon n’ont plus besoin de stands et de colporteurs de berlines pour exister. Les ristournes proposées, qui peuvent représenter jusqu’à un quart du prix de la voiture, font que 30 % des ventes de voitures en Belgique se concluent sur cette période. 30 % c’est aussi l’augmentation des immatriculations de voitures neuves mises sur les routes en …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3444 abonnés et 1875 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus