5min

Il faut sauver la balle pelote

FULGURO-1
Quentin Dufour. CC BY-NC-ND.

Spectateurs et joueurs vieillissants, riverains grognons, bagnoles omniprésentes : la balle pelote, tradition populaire, lutte pour sa survie dans un monde hostile. Comment lancer son renouveau ?

Impossible de faire un barbecue sans recevoir des balles sur la tête. Terrible difficulté de planifier le déchargement des grosses courses. Août 2017. Sur la place de Vaudignies, petit village de la commune de Chièvres (Hainaut), des riverains râlent ferme. L’un d’eux en a marre de récolter des balles dans son jardin. Une vie sans repos. Un calvaire, disent-ils. Mais qu’est-ce qui peut bien les mettre dans cet état ? Un sport, unique en son genre, joué depuis des siècles sur des places de village belges : la balle pelote.

Les riverains en pétard réclament le déplacement du ballodrome, ce vaste terrain de 72 mètres de longueur installé sur la place. Il accueille près de 70 matchs par an. Beaucoup trop à leurs yeux. « Parce que nous avons osé nous plaindre, on vient crier et nous insulter sous nos fenêtres », s’exaspère un des contestataires.

Dans la commune hennuyère, la petite reine blanche est plus qu’un hobby, c’est une tradition. Une manifestation de soutien est organisée pour sauver le ballodrome, actif depuis plus d’un siècle. « Ces gens-là ne savent pas ce qu’ils veulent. Je ne peux que leur conseiller de déménager ou d’aller vivre sur une île déserte », peste un amoureux du jeu de balle. Les tentatives de conciliation et les promesses d’aménagement sont lancées. Sans succès. Le conflit prend une tournure judiciaire et empoisonne la vie politique communale durant plusieurs mois. « À notre arrivée, c’était le chaos ! », tance, en 2020, le bourgmestre, Claude Demarez (MR), en annonçant le déménagement du ballodrome …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus