13min

« Contre le complotisme, parlez de valeurs, pas des vaccins »

Entretien avec Marie Peltier

Collodion041
Nicolas Lambert/Studio Baxton. Tous droits réservés.

Marie Peltier a subi la force de frappe du complotisme durant la guerre en Syrie. Depuis, elle ausculte ce phénomène de société qu’on ne déjoue pas avec du fact-checking, mais bien en défendant la démocratie, la solidarité et la justice, suggère-t-elle. Rencontre avec une historienne qui étudie les grands récits de notre époque.

Réveillez-vous, on vous ment ! » Sur la quatrième de couverture de son livre L’ère du complotisme, Marie Peltier, historienne et enseignante belge, cite Alain Soral, triste figure de l’extrême droite française. L’appel de Soral au « réveil citoyen » face au « mensonge » de l’élite résume, selon elle, le discours complotiste ou conspirationniste. On est en 2016, et même si le 11-Septembre est déjà loin, les « conspis » se sont bien installés sur internet, toujours prêts à asséner que la version officielle des grands événements « cache des intérêts secrets », qu’eux seuls pourront décrypter. Depuis, il y a eu une crise sanitaire et un vaccin qui ont aiguisé encore plus cette défiance envers le « système » et le « discours officiel ».

Marie Peltier s’y connaît en complotisme. C’est devenu un dada, depuis qu’elle s’est penchée, en 2011, sur la manière dont le conflit syrien était raconté. À l’époque, elle fustige ceux qui, en Belgique notamment, soutiennent le président syrien Bachar el-Assad, au nom de la lutte contre l’impérialisme américain (que l’on peut critiquer, évidemment). Elle se désole de constater que même des personnes « de gauche », à force de critique systématique des États-Unis, entrent dans des logiques complotistes et finissent par soutenir aveuglément le régime totalitaire syrien. Le dénoncer n’était pas simple : les insultes et le harcèlement ne se sont pas fait attendre.

Médor

Vous avez été victime de harcèlement en ligne, à cause de vos prises de position sur la Syrie. Comment avez-vous vécu cela ?

Marie Peltier

En 2016-2017, je recevais tellement de menaces des pro-Assad …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3576 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus