4min

Hue hue à dada

Au galop sur un bâton

5-HOBBY-HORSE V3-clean
Hugo Dinër. CC BY-NC-ND.

Le hobby horse, c’est l’équitation du pauvre – l’animal en moins et l’humour en plus. Il se pratique avec un manche à balai à tête de cheval. En août dernier, on a loupé le Championnat du monde à Grammont. Rattrapage au triple galop.

Cet été, la Belgique équestre a connu deux événements majeurs. Un titre de vice-champion du monde en sauts d’obstacles obtenu au Danemark par Quel Homme de Hus (c’est le nom du cheval) et Jérôme Guéry (le cavalier). Et la tenue de la coupe du monde de hobby horsing à Geraardsbergen (Grammont), en Flandre orientale. Le premier a fait un peu de foin dans les médias ; le second rien de rien.

Le hobby horse ou hobby horsing consiste à se caler un bâton à tête de cheval entre les jambes et à s’adonner à toutes les disciplines classiques de l’équitation : galop, saut d’obstacles et même dressage (exercice de style). Il s’agit donc d’une version équestre du « air guitar », un art qui tient son énergie et son accessibilité de l’absence de l’accessoire principal.

En 2021, le youtubeur flamand Average Rob a participé à Grammont au championnat de hobby horse et a raflé un max de médailles. Sa vidéo, How I became a national hobbyhorse champion, donne un sacré coup de cravache à la discipline, qui séduit désormais son lot d’adultes branchés et moustachus, ravis de pouvoir hennir sans entrave et de rigoler entre potes.

Mais avant d’être le sport le plus drôle du monde, le hobby horse est une discipline très sérieuse, pratiquée principalement par les (très) jeunes filles. On doit l’émergence de cette sous-culture aux adolescentes finlandaises, qui ont inventé et codifié la pratique dans les années 2000. Des youtubeuses comme Alisa Aarniomaki ont partagé des tutos, tant pour réaliser …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2590 membres et 1747 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus