9min

Waar Vlamingen thuis zijn

Les Flamands en Ardennes

MÇdor_2707_11.jpg
Lionel Jusseret. CC BY-NC-ND.

Une tornade immobilière venue de Flandre. C’est ce qui s’est abattu sur le nord de l’Ardenne belge à la fin du premier confinement. Déjà bien amateurs de la région, les investisseurs ont fait gonfler l’immobilier et changent la vie quotidienne de communes comme Rendeux ou Durbuy.

Une épidémie frappe l’Europe francophone. Tenace, elle touche sans discrimination Paris, Genève, Liège, Charleroi ou même Rendeux, une petite commune qui se love autour de l’Ourthe dans le nord de l’Ardenne belge. Elle compte 2 600 habitants et presque autant de seconds résidents, principalement flamands. Comme tant d’autres, le syndrome qui la frappe consiste à faire des jeux de mots dans les enseignes des commerces. Davy Counye et Fanny Seys le jurent : ce ne sont pas eux qui ont choisi le nom du restaurant qu’ils ont racheté en mai 2018. « On a dû encaisser les blagues au début. Mais Beffely Hills était déjà dans tous les guides touristiques et de promenades, alors ce n’était pas une bonne idée de changer de nom. » Beffe, c’est un des villages de la commune de Rendeux. Il est perché sur une colline, d’où le Hills. Rendeux est l’une des communes où les acheteurs flamands se sont rués après la claustrophobie du premier confinement. En 2020, près de la moitié des achats de maisons y ont été effectués par des Flamands.

Davy et Fanny sont arrivés avant. Malgré son nom (ou grâce à lui), le restaurant tourne bien. Il leur a permis de changer de vie. Davy travaillait dans la menuiserie de ses parents. Il a quitté le cocon pour se former dans la restauration. Fanny a abandonné son travail d’aide-soignante. Quand ils ont racheté le restaurant, ils possédaient déjà une caravane à Érezée, la commune juste au nord de Rendeux.

« Il y a énormément …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus