4min

Sacré lit conjugal

Il ronfle, elle lui pique sa couette, elle rentre tard, il se lève tôt… Les raisons de vouloir dormir séparément ne manquent pas. Chez nous, peu de couples osent dire qu’ils ont franchi le pas.

sexe-draft.jpeg
Margot Lecomte. CC BY-NC-SA

« Certaines nuits, j’ai des envies de meurtre, déclare Lola, 34 ans. Je rumine. Je veux que ce bruit s’arrête. Je guette le prochain grognement comme le tonnerre dans l’orage. Je le pousse doucement de la main, une fois, deux fois. Ça se termine par un coup de pied dans la hanche. Enfin, il se retourne. Il faut que je profite de l’accalmie pour m’endormir. Heureusement, le matin, tout s’apaise. On se prend dans les bras et la journée commence. »

Guirec et Lola sont en couple depuis six ans. Ils vivent heureux dans leur villa du Brabant wallon, entourés de leurs deux enfants de 6 et 11 ans. Mais les jours de Lola sont plus beaux que ses nuits. Guirec a pourtant tout fait pour limiter ses ronflements : il a perdu du poids et s’est fait redresser la paroi nasale, amputer des amygdales et coudre la luette. « C’est plus acceptable, le bruit n’est plus continu comme avant, mais ça reste pénible, comme une tronçonneuse qui se met en marche par intermittence », décrit-elle. Faire chambre à part, le couple y a pensé – Guirec a un temps dormi sur le canapé –, mais il a finalement opté pour un lit king size avec deux matelas séparés. Les boules Quies augmentent encore la distance. « Dormir séparément, ce serait quand même triste », estiment Guirec et Lola.

C’est ancré dans nos mœurs : un couple qui …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2737 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus