17min

Les nouvelles règles du game

Propagande politique

En quelques années, les réseaux sociaux ont profondément transformé la communication politique. Les partis ont une nouvelle règle : moins de tracts, plus de likes. Une course à l’armement numérique se joue sur Facebook à l’approche des élections de 2024. Recrutement de jeunes experts, nouveaux formats, budgets publicitaires en hausse… Bien avant la campagne électorale, la Belgique est déjà la championne européenne des dépenses publicitaires sur le réseau social.

image866.png
Camille Potte. CC BY-SA

Au sixième étage d’un immeuble de bureaux du boulevard du Régent, au cœur politique de Bruxelles, les responsables digitaux et les community managers (animateurs de communauté) des partis politiques belges se regardent en chiens de faïence, en ce 11 septembre 2018. Ces concurrents directs ne se connaissent pas personnellement. Ils ont été réunis par Facebook, dans son nouveau QG bruxellois, pour un petit déjeuner de networking (réseautage d’affaires), suivi d’une matinée de travail. Face aux viennoiseries disposées dans l’open space au design suédois, ils se comptent, sans réellement se mélanger. De mémoire de participants, seul le cdH manquait à l’appel.

Toi aussi, tu rêves de devenir community manager pour un parti politique ? Alors profite de notre newsgame et teste tes compétences pour le PTB ou le MR…

Ton rêve c’est plutôt que la popularité de nos élus (et donc leur promotion politique) ne se mesure plus au nombre de likes ? Ce newsgame te permettra de comprendre pourquoi on en est arrivé là.

MedorNewsGame-Accueil.png

À un mois des élections communales, le géant des réseaux sociaux les a conviés. Il veut expliquer ses efforts pour préserver « l’intégrité » des élections face aux tentatives de manipulation. Il entend, surtout, présenter ses services à de gros clients potentiels. Aux États-Unis, le marché des annonces publicitaires politiques est déjà énorme. Lors des élections américaines de 2016, Donald Trump et Hillary Clinton ont …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2887 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus