4min

Frederike Migom : les périls jeunes

fulguro.png
Margot Lecomte. CC BY-NC-SA.

Après le succès de Binti, la réalisatrice Frederike Migom se frotte aux mineurs confrontés à la psychiatrie. Un chemin de fiction qui interroge la solitude et l’exil.

Plus jeune, Frederike Migom rêvait d’échapper à la routine. Elle grandit à Anvers dans un milieu qu’elle décrit comme normal, voire ennuyeux. À 17 ans, elle fuit la monotonie et part prendre des cours de comédie à New York, poursuit en réalisation à Paris, avant de revenir s’installer à Bruxelles.

Rapidement, elle enchaîne les courts-métrages et fait parler d’elle en 2019, avec son premier long-métrage Binti. Le film est sélectionné à Sundance, le prestigieux festival américain, et tourne ensuite dans une ribambelle de festivals, dont certains spécialisés pour les enfants. Il remporte l’Ensor du meilleur film pour jeunes (l’équivalent flamand d’un Magritte).

L’exil, sous un autre angle

Binti, c’est un film pop et coloré, destiné au jeune public. Migom, 34 ans l’année de la sortie, part d’une réalité qu’elle trouve injuste : « Chaque année, on entend des histoires d’enfants qui fuient leur pays et ne peuvent célébrer Noël. » Elle raconte alors l’histoire de Binti, une enfant de 12 ans qui rêve de devenir vlogueuse (blogueuse vidéo). Elle vit avec son père, Jovial. Le duo est interprété par l’artiste belgo-congolais Baloji et une actrice de 9 ans qui crève l’écran, Bebel Tshiani. À deux, ils vivent en Belgique, mais n’ont pas de papiers. Pour éviter l’expulsion vers le Congo, ils vivent cachés chez Elias (un garçon que Binti rencontre par hasard) et sa mère, qui vont tenter de les aider à vivre légalement en Belgique.

Pour Frederike Migom, la thématique de l’immigration est souvent dépeinte de manière clichée. Une vision …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2740 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus