3min

Volcan sous embargo

aire.png
Laetitia Gendre. CC BY-NC-SA.

Les données sismiques sur le volcan Nyiragongo (RD Congo) sont scrutées à la fois par des chercheurs congolais, belges et luxembourgeois. Un mathématicien congolais invite à les ouvrir à toute la communauté scientifique.

22 mai 2021. Panique à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu. Le Nyiragongo, un des volcans les plus actifs du monde, distant d’à peine dix-huit kilomètres de la ville, est entré en éruption. Trente-deux décès, des milliers de maisons détruites et une grosse polémique dans les milieux scientifiques. Un article de la revue Science relaye une lettre d’un syndicaliste de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG). La lettre accuse : la direction aurait détourné des fonds internationaux censés être affectés au travail de l’Observatoire et fait arrêter des membres de l’équipe qui auraient dénoncé cette mauvaise gestion.

En ligne de mire, aussi, deux partenaires scientifiques de l’OVG : le Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren et le Centre européen de géodynamique et de sismologie (ECGS) à Luxembourg, dont certains chercheurs sont accusés de « néocolonialisme » dans leur relation avec l’Observatoire, et de prendre celui-ci en otage pour leurs propres recherches. Les deux institutions démentent en défendant la réalisation phare de leur collaboration avec l’OVG : un réseau de stations de collecte de données pour surveiller l’activité sismique dans la région, installé en partie grâce à de l’argent public belge. « C’est un réseau bâti sur des fonds utilisés dans le cadre temporaire de projets de recherches et qui, parce que cela a très bien marché, est devenu le réseau de surveillance principal pour l’OVG », explique François Kervyn, chef du service « Risques naturels » à Tervuren.

Un mathématicien congolais enseignant …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus