11min

Médocs en stock

Enquête sur Mc Kesson, le géant des médicaments

extrait-pharma-6.jpg
Lukas Verstraete. CC BY-NC-ND.

McKesson, c’est le King Kong des grossistes-répartiteurs, courroie essentielle d’envoi des médicaments vers les pharmacies. C’est aussi une société aux pratiques fiscales douteuses, plusieurs fois condamnée et qui, à grands coups de rachat de ses concurrents, s’est taillé une place de choix en Belgique.

Son nom, McKesson Corporation, ne vous dit probablement rien. Pourtant, cette multinationale presque bicentenaire compte parmi les dix entreprises les plus riches des États-Unis selon le magazine Fortune et est numéro 2 du secteur de la distribution de médicaments en Belgique depuis 2016. En Europe, l’entreprise s’est durablement implantée en Allemagne et en France, à coups de fusions et d’acquisitions, depuis le début des années 2010. Ces opérations d’envergure traduisent un appétit certain pour le Vieux Continent, sans que cela émeuve grand monde, que ce soit au Royaume-Uni, au Danemark, en Suède, en Irlande, en Italie, en Norvège, aux Pays-Bas ou en Autriche, où McKesson a également élu domicile.

Discrète, la firme n’en est pas moins « leader international de la vente en gros et, au détail, de fourniture logistique et de services pour le secteur pharmaceutique », ainsi qu’elle se présente à nous au détour de son site Internet européen. Un simple intermédiaire, certes. Mais un intermédiaire parmi les plus puissants au monde, pesant plus de 23 milliards de dollars selon les dernières données de la Bourse new-yorkaise. Sa force principale ? Occuper une place centrale dans les systèmes de santé au sein desquels l’entreprise opère, pile entre les laboratoires, les pharmacies et les hôpitaux. Un grossiste-répartiteur, comme on dit dans le jargon médical, aux ambitions internationales affichées.

« Notre succès sur le long terme dépend de notre capacité à veiller …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3313 membres et 1682 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus