5min

Le port de l’angoisse (3/3)

Anvers à la conquête du monde

Visuel.ANVERS.jpg
Isabelle Pateer. Tous droits réservés.

Favoriser la croissance du port d’Anvers. Attirer du nouveau trafic de marchandises. Sceller des partenariats, à travers la consultance et la formation. Telles sont les missions de Port of Antwerp International (PAI), qui est notamment actionnaire minoritaire de Porto do Açu, au Brésil, au coeur de notre enquête précédente. Depuis une quinzaine d’années, PAI a implanté Anvers un peu partout dans le monde, avec une prédilection pour Oman et l’Afrique de l’ouest.

En Belgique, le port d’Anvers est le lieu de tous les superlatifs. Second port européen, derrière Rotterdam, avec plus de 220 millions de tonnes de marchandises qui y circulent chaque année. Second complexe pétrochimique mondial (derrière Houston), qui accueille notamment Ineos ou BASF. Plus grande écluse du monde, la Kieldrechtsluis. Poumon économique du pays, avec ses 142 348 emplois directs et indirects, générés par 900 entreprises.
« Si le port n’avait pas pu continuer à croître, il y n’y aurait pas ces 150 000 emplois. On ne le comprend que trop peu ». La citation, épinglée sur le site du port, est de Jacques Vandermeiren, CEO de Havenbedrijf Antwerpen, une société anonyme de droit publique qui gère le port et dont l’unique propriétaire est la ville d’Anvers. Traduction : sans le port, la province qui l’entoure, la Flandre, voire le pays, ne seraient pas ce qu’ils sont.
La stratégie de développement du port ne se limite pas vouloir se transformer en « smart » port, modelé à l’aune des nouvelles technologiques, à accueillir les 3 milliards d’investissements controversés du géant chimique britannique Ineos pour transformer du gaz de schiste en matière première pour l’industrie plastique, ou bien à ouvrir un nouveau dock à Doel, contesté au Conseil d’état par deux associations environnementales. Anvers travaille aussi, via sa filiale Port of Antwerp International à exporter sa marque, son savoir-faire, et son capital et s’implanter dans une batterie de ports à travers la planète.

Batailles navales

À Porto do Açu (Brésil), comme nous l’avons vu dans …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2724 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus