2min

Papier carbone

IMG_0543V2.jpg
Emmanuel Kervyn. CC BY-NC-ND.

Quand on a une ambition écolo, utiliser du papier recyclé, c’est la moindre des choses. Pourtant, il se révèle plus rare, plus cher et, surtout, il provient de plus loin.

Entre du papier recyclé (contenant un minimum de 50 % de fibres issues de la récupération post-consommation) qui vient de loin et du non-recyclé produit près de chez nous, quel choix serait le plus respectueux de l’environnement ? La question agite les organisations soucieuses de véhiculer une image écoresponsable de leur publication. Forcément, la réponse n’est pas simple.

L’association de protection de la nature Natagora a posé son choix : « Nous utilisons du papier non recyclé mais produit en Belgique, chez Burgo Ardennes », confie Christophe Collas, responsable publications. « Le recyclé provenait d’Italie… » Une préoccupation que l’on retrouve également chez Écolo. « Nous cherchons toujours à imprimer sur du papier recyclé, mais c’est tellement difficile à trouver », se plaint un conseiller vert. Les raisons ? La difficulté d’approvisionnement en Belgique et le surcoût. Une réalité que nous connaissons aussi, chez Médor. Le papier que vous tenez entre les mains n’est pas du papier recyclé, malgré notre volonté d’agir en parfaits écoresponsables.

« La demande initiale pour du papier recyclé est relativement importante », nous explique Leila Fourati, responsable de l’imprimerie Bietlot à Charleroi. Mais en découvrant le prix, le client revoit souvent sa demande. « Les gens s’imaginent que c’est moins cher que du papier normal. Or cela coûte 15 % de plus pour du Cyclus (papier le plus répandu). Pour d’autres, on peut aller jusqu’au double du prix. » Outre cette différence de prix, les imprimeurs que nous …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus