17min

Fluxys : Qu’est-ce qu’on va faire des tuyaux ?

fluxys-gaz-belgique
Aurélien Débat. CC BY-NC-ND.

Quelle mouche a piqué Fluxys ? Depuis le début des années 2010, le gestionnaire belge de réseau de transport gazier est pris d’une frénésie d’investissements en infrastructures. Des choix de plus en plus contestés à mesure que les préoccupations environnementales s’imposent. Le gazoduc trans-adriatique, qui acheminera du gaz d’Azerbaïdjan vers l’Europe, cristallise les tensions. Fluxys en possède 19 %. Ses choix stratégiques ne sont pas toujours connus des communes belges, pourtant propriétaires de l’entreprise. Et en Wallonie, c’est la bande à Nethys qui en tire profit.

Enzo, la clope au bec et les cernes bien creusées, s’assoit à table, sur la terrasse du restaurant. Il vient aux nouvelles. « Alors elles sont bonnes, les pâtes aux oursins ? » Les oursins, il les a pêchés lui-même, à l’aurore, dans les eaux de l’Adriatique. Le midi, il les sert aux touristes dans son restaurant de San Foca, petit village maritime de la commune de Melendugno, tout au sud de l’Italie. San Foca est posé sur une côte merveilleuse où la curiosité géologique locale, une piscine naturelle creusée dans la roche, se nomme « La grot­te de la poésie ». Mais dans le regard d’Enzo, c’est plutôt de la colère qu’on lit, pas des alexandrins. « Car ils vont détruire tout ici. Un matin un bateau patrouilleur m’a dit de quitter la zone où je pêchais. C’était le début des problèmes », se souvient le restaurateur.

Les « problèmes » dans la région ont commencé il y a déjà huit ans, lorsque les villageois ont appris que leur territoire allait être traversé par un gazoduc, connu sous le nom de TAP, pour « Trans Adriatic Pipeline » (gazoduc trans-adriatique). « Ma zone de pêche est située au-dessus du tracé du gazoduc, témoigne Enzo. Je ne pourrai plus pêcher là-bas, ou alors il faudra que j’empiète sur celle d’un autre pêcheur. »

Ce mardi soir, Enzo rejoint au point d’information de San Foca d’autres villageois qui se mobilisent contre le TAP, dernier tronçon du « corridor gazier sud-européen …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3244 membres et 1673 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus