3min

Jane Fondue

jane-fondue
Axel Korban. CC BY-SA.

Les bras en l’air… et on plie les genoux ! De l’aérobic ringard dans des lieux branchés, ça ne vous est jamais arrivé ? Alors vous n’avez pas croisé la perruque énergique de Professeure Postérieur.

Mes tendres petites paupiettes de veau, […] oui, vos petits culs ont certes peur de mon autorité, mais masochistes, ils en redemandent ! Je les entends, SOS. Je communique avec eux (non, je ne dirai pas tous mes secrets). » Si vous n’avez jamais reçu ce genre de mail, cela signifie que vous, pauvre hère, ne connaissez pas le « sprot ». « C’est une alternative au sport, moins sérieuse, pas compétitive, qui vise juste à ce que les gens bougent leur corps et se sentent bien dedans », inculque Professeure Postérieur, la créatrice et grande prêtresse du concept. Ne le dites à personne, mais, à la base, « sprot », c’était juste une faute de frappe. Dont a découlé l’illumination. Un incident heureux, « comme la tarte Tatin ».

Concrètement, madame Postérieur donne des cours d’aérobic « sauvage et grotesque », comme l’annonce sa page Facebook. Tout part d’un défi : arriver à transformer cette discipline ringarde, sur fond de musique commerciale, en une activité branchée et vibrante. À la barre, un personnage criard (« Tu tiens ! Tu tiens… Tu lâches ! Ça fait mal, hein ? ») de « fausse fausse blonde », perruque platine et poils pubiens bruns scotchés sur un legging. « J’ai créé ce costume pour une soirée déguisée, à la base. Elle avait une thématique animale, je me suis dit “Putain, je suis une femme, j’y vais en femme !” » Banco, fausse foufoune luxuriante sur combinaison rose. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2835 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus