4min

Métal hurlant

metal-hurlant
Johan Massez. CC BY.

La Flandre recèle un vivier impressionnant de groupes de metal, dont plusieurs cartonnent à l’étranger… Mais dont on entend rarement parler. Médor s’est jeté dans la fosse.

Attends, ne confonds pas brutal death et goregrind, ça n’a rien à voir ! » Les fans ne rigolent pas avec les appellations du metal. Il existe depuis la fin des années 1960 et se subdivise en de nombreux genres. « Dans notre pays, c’est surtout le hardcore qui est représenté, avec des groupes comme Nasty ou Arkangel », jauge Germain, musicien dans le groupe Brutal Sphincter, qui tourne à l’international. Depuis le Portugal, Pedro, fin connaisseur, confirme cette tendance : « Le mouvement H8000, qui provient de Flandre occidentale, est connu à l’étranger pour avoir posé les jalons de ce sous-genre. Des groupes belges comme Length of Time ou Crawl­space ont été les premiers à allier les rythmes de la musique hardcore à la calibration du metal. »

Malgré ce succès, le metal peine à conquérir nos terres. « Ça reste très underground et je ne suis pas un centre culturel… » Francis Geron, gérant de la salle Spirit of 66 à Verviers, grommelle. « Ce n’est pas vendeur. Quand on tient une salle privée, il faut de grands noms, capables d’attirer 200 personnes au minimum. » Ce briscard de la musique en Wallonie laisse le metal aux maisons des jeunes et… à la Flandre, où le genre attire davantage les foules.

Cyril Wilfart, animateur chevelu de l’émission Classic 21 Metal, rappelle qu’« on y trouve le Graspop (à Dessel, en province …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3444 abonnés et 1875 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus