3min

Du pastis dans le calice

Bien barré, Lancelot’s Hangover (« La gueule de bois de Lancelot », en français) est un jeu vidéo d’aventure à 99 % made in plat pays. Développé en solitaire par un Montois qui en a fait son travail à temps plein, il dépeint un Moyen Âge à la sexualité libérée où il faut, malgré la cuite du héros, retrouver le Graal, prétexte idéal à une épopée « montypythonesque ».

On le sait, les Belges ne font rien comme les autres. Quand ils ont le culot d’être indépendants, c’est encore pire. Normalement, dans les jeux vidéo, la quête débute par une séquence d’introduction où l’on incorpore pas à pas les possibilités de notre avatar. Lancelot’s Hangover s’en tamponne, nous parachute d’emblée face à des énigmes incompréhensibles. Plein d’amertume, on découvre ses enluminures médiévales. « J’ai choisi cette esthétique car c’était facile à dessiner », sourit Jean-Baptiste De Clerfayt, le créateur, un ancien journaliste. Au turbin depuis 2013, il s’occupe de tout, du scénario à l’animation. « Sauf la musique, achetée à un Américain qui compose des thèmes médiévaux agrémentés de bruitages d’anciennes consoles de jeu. »

Ce parcours de cavalier seul était impensable il y a quelques années. Internet a rendu le défi accessible aux amateurs. « J’ai naïvement commencé par chercher sur Google », raconte De Clerfayt, qui y déniche une mine de conseils. Des cours, des conférences qui expliquent comment créer de bons casse-tête… « Il y a presque trop de ressources. » La toile de fond s’impose vite : « La quête du Saint-Graal, c’est la meilleure histoire possible : la Table ronde court après sans se poser de questions. » Réceptacle à alcool, le calice divin justifie tous les délires. Donc, « goûtons voir si le vin est bon », comme le scande la chanson.

De type point and click, le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2850 membres et 1727 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus