9min

Bienvenue à facholand

ninove-extreme-droite
Joanna Lordo. CC BY-NC-SA.

C’est l’histoire de deux femmes qui viennent de s’installer à Ninove. Gita est népalaise et arrive de Bruxelles en quête de calme. Marie-Rose a suivi son mari et cultive une haine grandissante de l’étranger, renforcée par l’avènement du Vlaams Belang. Depuis mai 2019, le parti d’extrême droite est désormais la deuxième force politique au nord du pays. Et la première à Ninove.

Lundi 27 mai, lendemain des élections fédérales et régionales. Les premiers résultats dévoilés la veille se confirment. Le Vlaams Belang réalise une percée historique et passe de 6 à 23 sièges au Parlement flamand. Notre téléphone vibre. « Vous avez vu leur énorme victoire ? » À Ninove, Marie-Rose jubile. Cette sexagénaire vit avec son mari dans une maison de plain-pied légèrement en dehors du centre-ville. Intérieur sobre, couleurs fades et déco impersonnelle, seules quelques photos de famille sont posées sur la commode de la salle à manger.

À trois kilomètres de là, en empruntant le pont enjambant la Dendre, derrière la vitrine d’un magasin afro-népalais, une tout autre ambiance règne. Gita n’a que faire des événements qui bousculent le damier politique belge. Cette Népalaise d’une quarantaine d’années a emménagé à Ninove il y a deux ans, avec son mari et leurs deux filles. Au rez-de-chaussée de leur maison, ils ont transformé en épicerie un ancien magasin spécialisé dans la vente d’armes, dont un autocollant Beretta colore encore la porte d’entrée. Une enseigne dans un néerlandais approximatif « Euro Africant Asia Winkel » orne la façade. L’épicerie est ouverte six jours sur sept jusqu’à 20 h 30. Le plus souvent, c’est le mari qui tient la boutique. Gita le remplace occasionnellement. Trampoline, vélos et crayons de couleur occupent les enfants à l’arrière de la maison.

Forza !

Ninove se situe en Flandre-Orientale, à une trentaine de minutes de Bruxelles. Il y a des jours où la ville semble endormie, les …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2738 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus