3min

Mix en mixité

collectif bledarte
Collectif Bledarte. Tous droits réservés.

Séances de lecture féministe décoloniale le jour, DJ-set rap vénère la nuit. Rigolo, ambitieux, tout-terrain, le collectif Bledarte fait place aux minorités sur la scène culturelle.

À l’aise dans leurs baskets fluo, Maja Ajmia Yde Zellama et Rojin Açilan racontent leur vie, leur société, leurs identités de femmes racisées, radicales revendiquées. « Faut arrêter avec le discours color blind, qui ne veut pas voir les couleurs, lâche Rojin. Nous, on les voit, on les vit. Dire qu’il n’y a pas de races, c’est nier les inégalités sociales. » Et plutôt que d’occulter les différences, leur collectif joue des coudes pour les rendre plus visibles encore.

Ce groupe s’appelle Bledarte. Bled + art + e, l’étymologie est limpide : quatre femmes artistes, « chacunes d’un bled différent », qui s’appliquent à valoriser les minorités par l’art et la culture. « Devenir quelqu’un pour exister / Car personne nous a invités / Donc on est v’nu tout niquer. » Les mots des rappeurs du groupe PNL claquent comme la maxime de ces femmes, encore inconnues il y a un an. Aujourd’hui, elles sont programmées dans le réseau de la nuit flamande, et même à Paris, admettant bénéficier d’un effet de mode de « la culture hip-hop et des cités ».

Maja et Rojin mélangent trois langues par phrase et l’argot au jargon militant. Elles ont la vingtaine, sont belges, bruxelloises et musulmanes. Tandis que Rojin, aux fières origines kurdes, se dit appartenir « à la classe populaire », Maja explique ne toujours pas savoir situer son milieu social. D’une famille danoise aisée et d’une autre, tunisienne, plus pauvre, cela dépend surtout du contexte. …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3495 membres et 1669 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus