7min

Mariages cathodiques

love_at_first_sight.jpg
Ludwick Hernandez. CC BY-NC-ND.

L’année dernière, RTL-TVI jouait le buzz autour d’une émission de télé-réalité jugée « scandaleuse » par une partie de la presse belge. En invitant des inconnus à se dire « oui » sans se connaître, « Mariés au premier regard » a battu des records d’audience. Cette année encore, plusieurs bourgmestres ont prêté leur concours pour la deuxième saison.

C’était il y a un an, lors de la conférence de presse de rentrée de RTL. Tout sourire devant le Palais 10 du Heysel, l’équipe de la chaîne privée luxembourgeoise prend la pose devant les photographes. En cette rentrée 2017, RTL-TVI fête ses trente ans d’existence. Mais derrière les sourires de façade, le cœur n’y est pas.

La rumeur circule depuis plusieurs mois déjà. Avec l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge, RTL et la RTBF s’atten­dent à une baisse drastique de leurs rentrées financières. On parle de 10 à 30 millions d’euros de manque à gagner par an. Et dans l’histoire, c’est RTL, dont la quasi-totalité des revenus provient de la publicité, qui a le plus à perdre.

Pour la direction de RTL Belgium, le plan social est désormais inévitable. Il sera d’ailleurs annoncé officiellement trois semaines plus tard sous la forme d’un plan de transformation en cinq axes (le « Plan Evolve »). Il conduira au départ de 88 personnes et provoquera un véritable traumatisme en interne, dans un média habitué jusqu’alors à sa place de leader incontesté, tant sur le plan de l’info que sur celui du divertissement.

À la conférence de presse du Heysel, tous les journalistes savent que ce plan est dans l’air. Chacun a préparé ses questions sur le sujet. Mais la direction parvient à détourner leur attention en annonçant une grille de programmes particulièrement osée. Des nouvelles émissions « pour davantage de proximité avec les téléspectateurs », selon les mots de l’administrateur …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3049 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus