10min

Paifve : ce garde-fous

(dont tout le monde se fout…)

Paive-hopital-psychiatrique
Vincent Wagnair. CC BY-NC-ND.

L’établissement de défense sociale de Paifve renferme des irresponsables, des internés psychiatriques que la société est censée soigner. Dans les faits, cela ressemble à la prison. Sauf qu’on ne sait jamais quand on en sortira…

Il serait grand temps que les gens apprennent ce qu’est Paifve. Ce n’est pas une prison, c’est pire. On peut sortir de Lantin, on peut sortir d’Andenne, de Marche, de n’importe où en Belgique. Mais en somme, on sort de Paifve curieusement. Je dirais qu’à Paifve, ce ne sont même pas des prisonniers… Je penserais plutôt à un abandon dans une poubelle ! »

— Le grand-père d’Alban, interné à Paifve.

paifve-demon.png
Vincent Wagnair. CC BY-NC-ND

Arrivé au tournant de la vingtaine, Alban fut accusé de viol. Un viol qu’il conteste, mais qui l’a mené au tribunal. Il a été jugé irresponsable de ses actes. Sa pathologie peut être dangereuse pour la société. La justice a donc décidé de l’envoyer en défense sociale, de le soigner plutôt que de le condamner à une peine de prison.

C’est ainsi qu’Alban commence son parcours d’internement : 22 mois dans l’annexe psychiatrique de la prison de Namur avant d’atterrir, en 2009, à l’établissement de défense sociale (EDS) de Paifve, en région liégeoise. Dans « Moi, l’interné », un texte rédigé par son grand-père sur la base de ses témoignages, Alban raconte son transfert : « Il est plus de 18 heures. Il fait nuit noire. Avant de franchir la grande grille automatique, tu peux voir par l’éclairage que l’hôpital annoncé ressemble encore plus à la prison que tu as quittée. Tu sors de ton camion blindé, et tu retrouves des matons. Tu ne vas pas tarder à découvrir ta cellule. »

Durée indéterminée

Les …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3437 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus