9min

Statut d’artiste, le mythe (1/2)

test_oreille_cassée_noemiebechu-12.jpg
Noémie Béchu. CC BY-NC-ND.

Sans confinement, votre oncle Roger aurait sûrement amené le sujet des « artistes profiteurs » sur la table de Noël. Profiteur ? Médor vous sert les plats et explique le « statut d’artiste », un mois avant le début d’un grand raout interministériel destiné à le transformer.

En zak : une petite clarification

- (Nicolas) Le problème c’est que les gens pensent qu’avoir le statut d’artiste, c’est toucher tranquillement 1400€ par mois de chômage jusqu’à la fin de ta vie, même si tu ne travailles pas. Y a beaucoup à déconstruire dans cet imaginaire là. Et l’empilement de législations successives depuis quarante ans n’aide pas à y voir clair.

- (Médor) En janvier, une conférence interministérielle doit démarrer pour le réformer.

- (Nicolas) Eh bien, il va falloir évaporer quelques mythes tenaces au sujet du statut avant cela.


Nicolas, 33 ans, est chef-monteur de fiction et de documentaires. Il a son statut d’artiste car les astres se sont bien alignés pour lui, au début de sa carrière, et il a obtenu rapidement du travail sur plusieurs films.

Petit à petit, Nicolas a commencé, au contact notamment du travail de l’Atelier des droits sociaux (qui conseille et forme les citoyens au sujet de leurs droits), à se pencher sur cet épineux dossier. Et à comprendre une chose : en fait, le statut d’artiste, ça n’existe pas !

En apéro, la théorie : l’artiste, ce chômeur

Pour comprendre ce qu’on appelle, abusivement, statut d’artiste, il faut passer par la case juridique.
En Belgique, que l’on soit artiste, maçon, infirmier, journaliste ou de n’importe quelle profession, vous ne pouvez qu’être dans deux positions : soit sans emploi, soit occupé par votre activité. Si vous êtes en activité, vous tomberez automatiquement sous l’un des trois statuts prévus par la loi belge …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3133 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus