11min

Deux ans après les inondations

Les communes la tête dans le guidon

Deux ans après les terribles inondations de l’été 2021, les communes les plus touchées de la vallée de la Vesdre encaissent toujours. Maisons à démolir, finances à débusquer, usure du personnel et arrivée des études commandées par la Région wallonne : les défis sont énormes. Alors, préparer à fond le territoire pour affronter la crise climatique semble un rêve lointain – et pourtant absolument nécessaire.

L’eau est calme en ce début de mois de juillet. Elle semble loin, la chaleur suffocante de l’été dernier. Jusqu’à ce qu’elle revienne. La Vesdre semble vouloir faire oublier qu’en fait, elle est une rivière torrent. Une rivière contrainte par l’homme, qui lui a rétréci son lit pour lancer la révolution industrielle en Belgique. Parce qu’il y a eu le textile, les patrons paternalistes mais surtout la qualité de l’eau de la région et de ses ouvriers. De Dolhain à Trooz, d’imposants bâtiments de briques abandonnés, aux vitres brisées, rappellent ce glorieux passé.

Ces friches industrielles et les bocages qu’on peut arpenter sur les hauteurs de la rivière, vers Olne ou Soiron, ont attiré l’œil de Paola Viganò dès ses premières balades dans la vallée. Le 30 juin 2023, presque deux ans après les terribles inondations dans les bassins de la Vesdre et de l’Ourthe, l’urbaniste italienne est venue présenter son «  Schéma stratégique du bassin versant de la Vesdre ».

Ses assistants alignent des chaises au hall omnisports de Dolhain, posé juste à côté de la rivière, en face de logements sociaux dévastés et bientôt détruits. En un an et demi, son équipe et de nombreux chercheurs de l’Université de Liège ont dégagé une vision pour la vallée (dans notre numéro de mars, nous explorions leur travail en détail).

Sur un grand écran LED, Viganò présente ses slides. Des tranches de baguette tartinées de sirop et de fromage de Herve et des Val Dieu attendent la fin de …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus