5min

Comment les fake news kazakhes empoisonnent le débat public belge

kazakh-connection
Pieter Fannes. CC BY.

L’industrie des fake news débarque en Belgique. Depuis le mois de mars, un curieux site d’info attire le chaland belge sur les réseaux sociaux. Bien informé sur certains aspects du kazakhgate, Open Source Investigations présente toutes les apparences d’un média d’investigation. Avec un biais de taille : tous les articles tendent à disculper l’oligarque belgo-kazakh Patok Chodiev. Et pour cause : Open Source Investigations est une officine utilisée pour des campagnes de relations publiques occultes. L’industrie de la désinformation, en plein essor mondialement, fait ainsi une entrée remarquée sur le dossier politique belge le plus sensible du moment.

« Des diamants, des banques et des politiciens : comment la loi pénale a été changée en Belgique ». Avec ce titre énigmatique, un nouveau média faisait son apparition sur la scène belge, le 27 février dernier. Le site Open Source Investigations (OSI) semblait apporter un éclairage neuf sur le kazakhgate, ce scandale d’Etat qui voudrait qu’une loi ait été votée spécialement pour favoriser le richissime Belgo-Kazakh Patokh Chodiev.

L’article nous apprenait, entre autres choses, que la première transaction pénale conclue après l’adoption de la loi controversée bénéficia en premier lieu à la Société Générale, début juin 2011 – avant donc de profiter à M. Chodiev et ses co-inculpés. L’auteur – anonyme - revenait aussi sur le lobbying forcené du secteur diamantaire pour faire adopter la loi.

« CHODIEV INNOCENT ! »

Conclusion : « Patokh Chodiev était simplement au mauvais endroit, au mauvais moment. En concluant sa propre transaction pénale avec le parquet une semaine après la Société Générale, il est devenu le bouc émissaire parfait. Riche, controversé et non connecté avec l’establishment politique belge (sic), il a été jeté au lions, afin de créer un parfait écran de fumée pour masquer des machinations ».

Mêlant un soupçon de complotisme à un sponsoring solide sur Facebook, l’article a remporté un franc succès, avec plus de 3 600 partages et de très nombreuses réactions. Il n’était que le premier d’une longue série. Pas moins de 10 billets ont été publiés depuis, avec un seul objectif : …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3476 abonnés et 1856 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus