4min

Chez NLMK, le syndicat perd la tête

clabecq-_doublepage1.png
Théodora Jacobs. CC BY-NC-SA.

Dans la sidérurgie wallonne, on liquide les derniers irréductibles du combat social. Ceux qui luttent contre la fermeture définitive des sites. À La Louvière, la mise à l’écart d’un chef de délégation FGTB dépasse le cynisme. Sa hiérarchie l’a débarqué en laissant entendre qu’il avait des problèmes… de santé. Pile au moment où les ouvriers réclament le retour d'une aide aux travailleurs âgés qui a été supprimée.

Le courrier est arrivé dans plusieurs centaines de boîtes aux lettres. Il concerne la firme sidérurgique russe NLMK, qui exploite en modèle réduit le site abandonné à La Louvière par la famille Boël, puis par les Hollandais de Hoogovens et enfin par les Italiens de Duferco. Une des dernières unités de production d’acier de Wallonie. Qu’indique ce document qui fait jaser dans les milieux syndicaux, et pas seulement à La Louvière, première étape de notre Médor Tour?

Lettre aux camarades FGTB NLMK
Retrouvez ici la lettre complète de la FGTB à propos de Luc Dereume

La direction régionale du syndicat socialiste FGTB signale à tous ses affiliés que le président de sa délégation syndicale au sein de NLMK – qui défend encore les intérêts de quelque 350 ouvriers – est déchargé de son mandat. Il s’agit de Luc Dereume, 36 ans d’ancienneté dans la sidérurgie et quasi autant d’engagement syndical dans la cité des Loups. À six ans d’écart, il est l’égal de Roger Leclercq, une sommité dans la région, qui avait fini par susciter la colère des syndicalistes FGTB en acceptant la fermeture de la phase à chaud de La Louvière, en 2013. Un «traître», désormais, pour les radicaux (voir notre enquête sur Duferco, "Acier trompé") .

"En accord avec lui-même". Ah bon?

La lettre, rappelant le slogan de la FGTB «Ensemble, on est plus forts», signale que la présidence de délégation a été retirée au camarade Luc Dereume «pour des raisons principalement liées à sa santé», «mais …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2893 membres et 987 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus