« Certains chefs ne se contrôlaient plus. »

Témoignage d’une humiliation ordinaire qui marque à vie

Xavier Lecarré a 45 ans. Il a connu les mouvements de jeunesse de ses 7 à 22 ans, d’abord en tant qu’animé, puis en tant que chef louveteaux et chef pionniers. Il a souhaité raconter ce parcours constitué de moments formidables et d’humiliations systématiques.

scouts_ep2
Colin Delfosse. CC BY-NC-ND

Vous démarrez à 7 ans avec les louveteaux.

Oui, mes parents m’ont inscrit à la Fédération catholique des scouts dans la région Mons-Borinage. J’y suis resté jusqu’à mes 16 ans, puis je suis parti dans une autre unité où j’ai été chef louveteaux pendant une année, puis Akéla pendant les trois années suivantes. Ma dernière année, je l’ai passée en tant que responsable des pionniers (16-18 ans) où j’ai retrouvé une génération de louveteaux que j’avais eus précédemment ainsi que des pionniers que je connaissais peu. C’était mon dernier camp avant de terminer mes études d’éducateur sportif et d’en faire mon métier jusqu’à aujourd’hui.

Qu’est-ce qui vous permet de parler de « violence psychologique » voire « physique » ?

Je vous raconte mon premier camp, à Rochehaut. Je ne l’oublierai jamais. J’ai 7 ans, je suis Mowgli (le plus jeune du groupe). Je le prends à cœur et en suis content. Malheureusement, cela devient l’enfer. Je me retrouve à être celui sur qui le groupe va prendre du plaisir à « se lâcher » (insultes à répétition, provocations permanentes, menaces…) sans aucune intervention des responsables. Surtout ne pas se plaindre et ne pas pleurer. Durant cette semaine de camp, c’était une après-midi, les chefs me prennent en rigolant, me plaquent à terre, me lient les mains et les pieds, me mettent une branche de sapin dans le slip, ils me bloquent dans la toilette extérieure avec une porte en bois verte, la ferment et ils tirent à la carabine à plomb dessus. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3404 abonnés et 1862 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus