3min

La SNCB et Infrabel complices de fraude ? (3/3)

En plus, ils volent des câbles

vol cable
Leo Gillet. CC BY-NC-ND.

Une filiale du groupe Vinci s’en tire bien. Cotisations patronales éludées, notamment sur des travaux ferroviaires : 1,4 million d’euros. Transaction en douce : bien en dessous de ça. Qui perd ? L’Etat et la SNCB, à qui les fraudeurs avaient aussi volé des… câbles électriques.


Pendant plusieurs années, monsieur Z a fourni de la main-d’œuvre bon marché à la firme Cegelec, elle-même sollicitée par Infrabel pour équiper les voies de chemins de fer de câbles électriques. Il arrivait à Infrabel, la société publique en charge de notre réseau ferroviaire, d’avoir un petit besoin pressant. Comme à La Louvière, à Namur ou sur le tracé du RER, de 2010 à 2014.

  • «  Dans beaucoup de sociétés, les ouvriers ne veulent plus travailler la nuit ou le week-end pour 26 euros l’heure  », a indiqué monsieur Z aux inspecteurs sociaux alertés par des anomalies. «  Surtout pas dans les conditions de sécurité et de danger auxquelles on est confronté sur le rail.  »
  • «  Cegelec demandait juste des hommes. De laquelle de nos trois sociétés, ils provenaient ? Aucune importance pour Cegelec, a complété l’assistante de monsieur Z. Ses chefs de chantier savaient très bien que c’était interdit parce que nous ne sommes pas une société d’intérim.  »
  • «  Il est vrai que parfois, Infrabel nous demandait d’un coup 20 ou 25 travailleurs flexibles  », a déclaré le cadre de Cegelec nommé responsable des contacts avec les sous-traitants.

Eviter de rendre des comptes

En droit social, cela s’appelle de la mise à disposition de main-d’œuvre. Première infraction. Au surplus, des ouvriers affairés le long des rails n’étaient pas déclarés à la sécurité sociale. Deuxième infraction. Les mêmes procédures avaient un caractère systématique. Ce qui qualifie d’ « organisée » la fraude sociale établie il y a …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3136 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus